Tu es dans ma bulle sans y être

« Dans la nuit du 20 au 21 juin, une panne d’électricité s’étend au Québec dû à de violents orages.  Cet événement nous a révélé, une fois de plus, notre vulnérabilité face à la technologie.  L’avantage de cette panne fut l’humanité refaisant surface puisque dans ces instants, c’est là que nous interagissons avec notre entourage physique et non à travers des voies virtuelles.  Dans cette société, hyper technologique, l’humain développe une attitude exagérée et dépendante dans sa communication par internet, texto, et sur les réseaux sociaux. Réalisons-nous le stress que nous subissons quotidiennement?  Les impacts seront des plus néfastes autant sur nous, les adultes, que nos enfants à court, moyen et long terme. »  Par Nathalie Dupuis, Naturopathe et Spécialiste en Médecine Énergétique

Est-ce une nouvelle forme d’insécurité que l’humain doit absolument combler?  Qui aurait cru, dans les années antérieures, qu’un jour des populations se promèneraient avec des téléphones portables à journée longue?  N’est-ce pas une forme de communication servant à remplir un vide que l’humain tente souvent de remplir par la religion, le travail, la nourriture, de produits illicites, le sport ou toute autre forme de dépendance qui aide à oublier notre insécurité?  C’est possiblement le cas.

Non seulement les bonnes manières de la vie en société se sont volatilisées, mais en plus, le cellulaire en main nous oblige à être absents pour notre entourage.  Écrire des textos entre amis…  à la même table.  Jouer à notre jeu vidéo… dans la file d’attente (au lieu de faire de nouvelles connaissances).  Les familles qui se communiquent dans la maison… par voie virtuelle.  Dans quel monde vivons-nous?  Nous perdons l’essence même de l’humain alors qu’elle doit se cheminer par la communication de notre âme.  Le pire, c’est lorsque nous n’apprenons pas à nous déconnecter.  En d’autres mots, en étant constamment branchés au travail, à la maison, aux amis, à la famille, nous permettons aux gens de s’immiscer dans notre bulle sans qu’ils y soient physiquement là.

Le Gros Bon Sens (GBS) est d’apprendre à gérer notre temps dans le monde virtuel.  En s’éveillant à la nature, à la vie et au bien-être de soi, car il est difficile de se retrouver lorsque le monde extérieur s’acharne constamment dans votre espace vital.  Vous savez exactement de quoi nous parlons: le harcèlement de votre sonnerie de téléphone, de vos textos, de vos jeux vidéos, de votre calendrier, tous unis dans un même endroit, votre cellulaire.  Il est clair que vous ne pouvez savourer la vie en étant relié au virtuel à longueur de journée.

Dans les termes de la médecine énergétique, en utilisant intensivement l’internet et autres, vous amputez tous les corps énergétiques.  Rappelons-nous que l’être a sept (7) corps : physique, éthérique, astral, causale, mentale, ethnique et bouddhique.  Donc, en permettant des comportements néfastes, vous brisez les cycles réparateurs en leur infligeant des interruptions constantes et surtout, stressantes.   Il est important de reposer son esprit afin de permettre la régénération de nos différents systèmes pour mieux s’épanouir.  Par exemple, en obligeant votre cerveau à être inlassablement connecté, vous l’empêchez d’avoir un sommeil réparateur, d’être alerte à son milieu, en outre, d’obtenir un moment de répit pour s’énergiser par son environnement : des conversations simples, un contact avec les gens et la nature, ou même, prendre le temps de faire un sourire à un(e) étranger(ère) lorsque vous marcher dans la rue.  Avec le virtuel, nous perdons le vrai rythme de la vie, tout ce produit dans notre tête et entre ceux qui consomment cette technologie. Sans le vouloir, nous nous isolons du vrai monde extérieur.

Apprenez à vous débrancher en oubliant votre cellulaire à la maison lors de votre marche ou exercice quotidien.  Éteignez vos appareils dans les restaurants, prenez un repas « entre amis » et non avec vos textos.  La vérité, c’est que ce n’est qu’une question de contrôle de soi.  Sinon, vous vous dirigez vers cette fragilité, et comme cette panne d’électricité nous l’a prouvé, à une vulnérabilité à la technologie.

Idée originale : Nathalie Dupuis (de retour au Magazine Vie Familiale en janvier 2017)

Composition : Thérèse Thémélis

 

À propos Nathalie Dupuis

Maman et grand-maman. Naturopathe dans l'âme. Soucieuse du bonheur et de la santé d'autrui. Nathalie vous donnera des astuces dans divers aspect de votre vie. Par expérience avec son fils atteint de trisomie 13, elle a connu une dimension différente des épreuves de la vie. Elle est un phare et un exemple de mère au grand cœur avec qui il est bon d'être en compagnie. Elle fera en sorte de vous outiller pour mieux comprendre la complexité de votre corps. Elle remercie la vie pour cette belle tribune. Nathalie Dupuis Consultante en Naturopathie et Thérapeute en médecine énergétique

Laisser une réponse

x

Check Also

arc-en-ciel de rouleau de peinture representant les types de peintures

Avez-vous pensez aux peintures écologiques

    Une fois la maison enfin construite vient le moment de choisir la peinture. ...

Immobilier : trucs pour avoir un discours qui influence

      À l’époque de la Grèce antique, tout homme influent devait maîtriser l’art ...

Contrer les pieds qui puent!

5 trucs pour combattre les petits pieds qui puent   1 Gardez vos pieds et ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines