Conciliation travail-famille: C’est Possible!

«Vous rêvez de vous lancer en affaire? Vous avez des projets plein la tête? D’accord, mais là, comment faire? Il y a les enfants à considérer et vous vous demandez comment votre conjoint peut devenir votre soutien dans ce processus.  Il y a plusieurs façons d’y parvenir, par contre, vous devez détenir les capacités suivantes : le sens de l’organisation, de la planification et beaucoup de passions.  Si vous êtes prête pour cette aventure, alors voici quelques conseils de la part d’une femme d’affaires très bien placée pour vous aider.  Mme Christine Marcotte est la présidente du Réseau des mères en affaires du Québec. »  Par Thérèse Thémélis, consultante en gestion des ressources humaines, TGT Conseil.
On vous mentirait si nous vous disions que se lancer en affaires était simple et sans obstacle.  Au contraire, se démarrer une entreprise, quel qu’en soit votre produit ou service, cela demande beaucoup de planification, d’organisation, de rigueur, de temps et surtout…  de communication.  Pour ce faire, la première étape est d’avoir l’appui de son conjoint ou de la personne qui vous soutiendra dans ce processus.  La présidente du réseau des mères en affaires, Christine Marcotte, est catégorique à ce sujet : « Le réseau des mères en affaire n’aurait pas existé sans le soutien de mon conjoint.  Nous avons quatre enfants, alors partir ma compagnie demandait un travail d’équipe.  Grâce à notre communication, nous parvenons à tout coordonner ensemble.  Nous essayons de planifier, le plus possible, chaque minute de nos journées.  Nous avons un tableau blanc dans la cuisine, et tous les dimanches, nous planifions les repas de la semaine.  De cette manière, quand Simon arrive à la maison le soir et que je ne suis pas là, il n’a qu’à regarder sur le tableau et il sait ce qu’il doit préparer pour le souper. »
La prochaine étape serait de connaître les besoins de votre marché et composer votre plan d’affaires.  Est-ce que votre produit/service est en demande? Comment le savoir? Mme Marcotte explique : « L’année où j’ai démarré mon entreprise, j’étais vraiment émotive.  Ma mère venait de décéder et je ne voulais plus travailler pour les alouettes de Montréal en tant qu’organisatrice-événementiel.  Comme j’avais des enfants, je voulais me lancer une entreprise qui répondrait au besoin de ma famille.  Le réseau devenait évident pour moi.  Afin de connaître mon marché, j’ai envoyé un sondage gratuit à 10 amies qui étaient mères et en affaires.  En 10 minutes, j’ai eu un engouement!  Elles avaient un intérêt marqué pour ce réseau.  Certaines me disaient : « J’embarque! » ou « Quand ça commence? ».  J’étais emballée! Sans plus tarder, j’ai composé mon plan d’affaires!  Quand j’écrivais, c’était fluide, clair!  J’étais gonflée à bloc!  La première rencontre a eu lieu le soir de ma fête, à Brossard en Montérégie.  Plus de 50 femmes se sont présentées!  J’ai su que j’étais sur la bonne voie! »
Vous avez peur du succès? De manquer votre coup?  La majorité des personnes qui se démarrent, vit ce sentiment, et Mme Marcotte n’y échappait pas : « J’avais peur du succès, ce qui est un sentiment partagé par la majorité des gens en affaires.  Mais tout s’est fait avec un tel enthousiasme!  En fait, c’est l’Outaouais qui m’a aidé à démarrer le bal.  Mylène Beauchamp, la 1re Vice-Présidente de la région, travaillait comme blogueuse pour l’entreprise Planiclik.  Elle avait entendu parler du RMA par la propriétaire Lyne Petit, celle-ci était venue donner une conférence à l’événement à Brossard.  Elle m’a communiqué et demandé si je serais intéressée de partir le réseau dans sa région.  La réponse venait d’elle-même! »
Travailler à la maison peut porter à confusion pour certains conjoints.  En fait, le fait d’être chez soi représente pour plusieurs partenaires un bon coup de main pour nettoyer, lessiver et garder la demeure propre.  C’est possible, mais cela exige un horaire très précis.  Mme Marcotte a trouvé sa solution : « Tout est programmé sur mon téléphone.  Mes levées le matin, mes exercices, les lavages, le ménage, mes rencontres, les activités de la famille, etc.  Et quand ça sonne, je le fais.  Lorsque je me cédule un rendez-vous, j’ai toujours une demi-heure de libre avant et après la rencontre.  Comme çà, s’il y a des imprévues ou si je veux passer la « mop », je suis libre de le faire.  En plus, je dois bien m’organiser, mon fils va à Saint-Bernard-de-Lacolle pour une activité à chaque semaine, c’est 45 minutes de chez moi.  Son papa fait le voyagement à 50% du temps.  Quand c’est à mon tour, je fais mes rencontres téléphoniques dans la voiture sur main libre. Je suis plus efficace comme ça. »
Avez-vous peur de négliger votre couple ou votre famille si vous devenez trop occupée?  La présidente du réseau des mères en affaires a répondu à cette inquiétude : « Mon chum et moi, nous nous offrons une journée ou soirée une fois par mois.  Nous couchons les enfants ou les faisons garder, et nous sortons, regardons un film à la maison ou préparons un petit souper.  Ce moment nous est consacré pour nous deux dans notre plage horaire.  Pareil pour toute la famille : nous avons une activité familiale une fois par mois de céduler. »
Durant l’entrevue, Mme Marcotte a martelé à plusieurs reprises la nécessité de développer une bonne communication avec son conjoint : « Simon est mon mur de brique, je peux m’appuyer dessus pour construire quelque chose de solide.  Avec la naissance de notre fille Emma, ce n’aurait pas été possible de travailler et accomplir autant.  Nous avons une complicité incroyable. »
« Vivre ses passions » voila le message de cette femme persévérante : « J’ai trouvé ma fontaine de bonheur!  Le RMA m’apporte surtout de la satisfaction et lorsque des mères signent des ententes d’affaires, ou que d’autres s’entraident, c’est la meilleure paye au monde!  En plus, je gagne ma vie avec ça!  Je travaille plus de 40 heures semaines, mais ce n’est pas lourd parce que c’est moi qui le veux.  Ça me passionne.  Je découvre tous les coins du Québec!  Je ne m’attendais pas à ça! »
Est-ce que petit train ira loin?  Selon l’entrevue avec Mme Marcotte, il n’y a pas de limite : « Nous avons déjà plusieurs régions dans le réseau.  L’Abitibi et la Beauce arrivent à l’automne.  Je rêve de développer un lien avec la France.  Faire un échange étudiant avec une mère en affaires et qu’à son tour, elle ira là-bas un temps. »
Se lancer en affaires demande de la rigueur, de la patience et surtout beaucoup de communication.  Vos rêves d’entrepreneuriat peuvent se réaliser du moment que vous investissez beaucoup de votre temps… tout en vous amusant.  Si vous avez besoin d’aide, joignez-vous au réseau des mères en affaires.  Un soutien entre mamans ne peut être que bénéfiques, pour plus d’informations consultez: www.reseaumeresaffaires.com

À propos Thérèse Thémélis

Ayant près de 20 ans d'expérience en Ressources humaines, Mme Thémélis vient vous partager son expertise afin de comprendre le marché du travail. Aussi, elle vous révélera plusieurs facettes de ses expériences de vie qui ont influencé ses choix. Consultante en Ressources humaines, Survivante de cancer, mère adoptive et entrepreneure. Site web: www.tgtconseil.com

Laisser une réponse

x

Check Also

10 pensées qui font obstacle en immobilier

    L’investissement immobilier est, pour plusieurs personnes, une terre inconnue vers laquelle on n’ose ...

L’équipe parentale: est-ce une question d’égalité et de parité?

. Avec les années de pratique, il m’est plus facile d’établir quelques constats. Des demandes, ...

LE MEILLEUR EMPLOYEUR AU MONDE : LE PÈRE NOËL!

« Le Père Noël réussit à mobiliser ses lutins depuis plus de 100 ans. Toujours dans ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines