Cessez de répéter, laissez-les expérimenter !

 

 

Rien n’est plus formateur que l’expérience. Elle permet non seulement de mettre en application les concepts théoriques appris, mais également de ressentir et vivre la mise en pratique de la théorie. L’expérience permet également de comprendre l’autre en certaines occasions.

Tel que je l’ai déjà mentionné, l’éducation positive prend de plus en plus d’ampleur de nos jours et les techniques éducatives non punitives sont de plus en plus utilisées. L’avantage premier d’utiliser des techniques non punitives est qu’elles valorisent l’enfant et n’affectent pas son estime de soi.

Les techniques éducatives non punitives favorisant l’expérimentation

Voici quelques techniques simples, qui vous « donnent de l’expérience » et vous permettront de lâcher-prise.

1 Les renforcements positifs :

Le but d’utiliser des renforcements positifs est d’accélérer le processus de conditionnement (d’apprentissage) lors de l’acquisition d’un nouveau comportement, d’une nouvelle habileté ou de nouvelles connaissances. Les renforcements positifs favorisent et encouragent la répétition des actions positives nécessaires à l’atteinte de l’objectif fixé.

Il existe quatre principaux types de renforcement positifs :

  1. Verbal: Wow, super, lâches pas, bravo, bel effort, continu, magnifique, tu es génial, etc.
  2. Non verbal: Câlins, bisous, caresses, flatter les cheveux, bec soufflé, un clin d’œil, etc.
  3. Une récompense matérielle: bonbons, sucreries, jouets, collants, cadeau, etc.
  4. Un privilège: Des minutes d’utilisation de l’ordinateur supplémentaires, se coucher un peu plus tard, une activité spéciale, etc.

Que vous utilisiez l’un ou l’autre de ces types de renforcement dans une situation ou une autre l’important est de se rappeler que c’est la variété qui fait toute la différence ! En effet, à nombre égal de renforcements, votre enfant aura l’impression d’être « plus encouragé » si vous variez les renforcements positifs que si vous faites toujours la même chose !

Par ailleurs, au début de son apprentissage, je vous suggère de récompenser les efforts et non seulement les réussites.

Cependant, leur utilisation doit diminuer proportionnellement à l’acquisition, à la maîtrise et au maintien (dans le temps) de l’objectif fixé.

Par exemple, de manière toute naturelle, la très grande majorité des parents utilisent les renforcements positifs lors du processus d’apprentissage à la propreté de leur enfant. Cependant, quels sont ceux qui continuent de féliciter et d’encourager leur enfant de 8 ans parce qu’il est capable de se débrouiller seul aux toilettes ? Dès que l’objectif est atteint, les renforcements positifs doivent diminuer progressivement dans le but de rendre votre enfant entièrement autonome.

Dans quelles situations les utiliser ?

Les deux premiers types de renforcement positif s’apprêtent mieux pour motiver, encourager, et aider notre enfant à persévérer dans son apprentissage et ses efforts pour atteindre ses objectifs.

Les deux derniers types de renforcements s’apprêtent plus dans le contexte ou un pas énorme vient d’être franchi dans l’atteinte de l’objectif ou les efforts fournis ont finalement porté leurs fruits.

2 La satiété du stimulus ou l’écoeurette.

Il s’agit de miser sur le fait que l’enfant se lassera de lui-même (avec le temps) d’un comportement qui vous déplaît si vous n’y accordez pas trop d’importance.

N’utilisez la technique de satiété du stimulus que pour des comportements :

  • De peu de gravité.
  • Qui apporte beaucoup de plaisir à l’enfant.

La technique de satiété du stimulus ne doit pas être SUR-utilisée de telle façon que l’enfant puisse faire tout ce qu’il veut quand il le veut.

Exemple : Votre enfant veut toujours porter le même chandail. Votre enfant ne veut rien manger d’autre qu’une tartine au beurre d’arachide.

Avantages :

  • Dans certains cas, l’apprentissage viendra de ses pairs ou de la société. Vous donnant raison du même coup. Ce qui renforcera votre crédibilité.

Par exemple, votre enfant décide de porter son chandail à l’envers, tous les jours.

1-Il est possible que les autres enfants de la garderie ou de l’école ne finissent par émettent des commentaires qui permettront à votre enfant de comprendre qu’un chandail ne se porte normalement pas à l’envers.

2- Ce sera peut-être les gens que vous rencontrerez qui à force de poser des questions à votre enfant ou d’émettre des commentaires sur le fait que son chandail est à l’envers, réussiront à lui faire comprendre qu’un chandail ne se porte pas à l’envers. Ce que vous vous tuez à lui dire depuis longtemps !

  • Favorise le lâcher-prise.

3 Le miroir ou les jeux de rôle

Le miroir

Il s’agit de copier le comportement ou les actions de votre enfant au moment où il les fait, tel un miroir.

Exemple : Vous lui demandez de venir prendre son bain et il vous fait une crise… faites une crise vous aussi.

Les jeux de rôle

Lorsque vous jouez avec votre enfant et qu’il est en position d’autorité, profitez-en pour jouer son rôle et agir tel qu’il agit avec vous lorsque les rôles sont inversés.

Exemple : vous jouez « aux parents » et lorsque votre enfant vous sert votre assiette, vous pourriez faire comme il le fait parfois et vous mettre à « jeter la nourriture par terre, dire que c’est dégueulasse, repousser votre assiette, etc.).

Avantages du miroir ou des jeux de rôles :
  • Conscientise l’enfant sur le fait que ses comportements et actions ont des conséquences sur les autres.
  • Favorise la compréhension et l’adoption d’un meilleur comportement.

 

 

4 Les conséquences naturelles et logiques

De très nombreux parents confondent la notion de conséquence et de punition. Une conséquence c’est une suite logique entraînée par un fait qui en est la cause. Elles sont liées directement au comportement inadéquat de l’enfant et lui permettent d’apprendre de ses erreurs. Elles sont donc formatives, car elles permettent de comprendre ce qui ne va pas et de corriger la situation dans le futur.

Contrairement aux conséquences, les punitions sont des peines ou sanctions infligées pour une faute commise, un manquement à un règlement, etc. La punition n’est pas nécessairement liée directement avec le comportement inadéquat de l’enfant. Le rôle des punitions est de faire vivre un déplaisir à l’enfant. Les punitions ne permettent pas de corriger la situation dans le futur.

Deux types de conséquences

En matière de discipline et d’éducation, on peut classer les conséquences en deux catégories soit : les conséquences naturelles et les conséquences logiques :

1- la conséquence naturelle : C’est la conséquence qui arrivera de toute manière ! Que vous interveniez ou pas.

Par exemple, vous êtes au restaurant et votre enfant boit tout son verre de jus avant même d’avoir reçu son assiette. La conséquence naturelle dans ce cas-ci est que votre enfant devra se passer de jus durant le repas principal.

ATTENTION : Si le fait de faire vivre la conséquence naturelle implique de mettre la vie de votre enfant en danger, faites-lui vivre une conséquence logique à la place.

Ex. : Malgré les avertissements, votre enfant ne prend pas le temps de regarder des deux côtés de la rue avant de traverser, ne le laissez pas se faire frapper pour lui faire vivre la conséquence naturelle ! Optez pour une conséquence logique qui serait de devoir vous tenir la main en tout temps parce qu’il ne respecte pas les règles.

2- les conséquences logiques : C’est la conséquence orientée vers la solution ou la réparation.

Votre enfant devra apprendre à vaincre sa timidité ou à piler sur son orgueil pour exécuter la demande. Dans l’exemple précédent, la conséquence logique est d’exiger que votre enfant demande par lui-même au serveur s’il peut avoir un verre d’eau pour le restant de son repas (puisque vous ne payerez pas un autre verre de jus).

Il n’y a pas toujours de conséquences logiques pour une action. Parfois, il faut user d’imagination pour en trouver une.

Avantages :

  • Conscientise l’enfant sur le fait que ses comportements et actions ont des conséquences sur les autres. Ex. : vous dessinez ensemble et votre enfant décide de déchirer votre dessin. Il est possible que vous soyez en colère, que vous soyez déçu ou triste et que vous n’aillez plus le goût de continuer à dessiner avec lui.
  • Conscientise et responsabilise l’enfant par rapport à ses choix. Ex. : choisir de boire la totalité de son verre de jus au début du repas au lieu de choisir de boire son jus graduellement tout au long du repas.
  • Conscientise et responsabilise l’enfant par rapport à ses actions. Ex. : il a jeté toute sa nourriture par terre. Il devra ramasser le dégât avant de faire une autre activité.

Le nombre de techniques éducatives non punitives est illimité en ce sens qu’il suffit d’ajuster la technique de base à une situation donnée pour en créer une nouvelle (ou une nouvelle variante). De plus, il arrive qu’un jumelage de techniques soit de mise pour intervenir.

Évidemment, tout ceci vous viendra plus facilement avec la répétition. Je recommande toujours à mes clients de pratiquer les techniques et de ne pas hésiter à les modifier afin qu’ils réussissent à trouver leur propre style d’intervention. Une fois son propre style d’intervention trouvé, le choix des interventions à faire et les techniques à utiliser se feront de manière inconsciente.

 

À propos Caroline Séguin

En plus d'avoir fondé A+ Coaching au printemps 2011, Caroline signe des chroniques mensuelles pour les trousses éducatives des Entreprises Tuladi INC.. Certains de ses textes ont également été publiés par le magazine Bébé. Il lui arrive également d’être consulté à titre d’expert par les magazines Yoppa! et Enfants Québec. Enfin, Caroline est à la tête de la création du magazine Vie Familiale qui a vu le jour en avril 2014.

Laisser une réponse

x

Check Also

Immobilier : trucs pour avoir un discours qui influence

      À l’époque de la Grèce antique, tout homme influent devait maîtriser l’art ...

Écoutez votre voiture, elle vous parle!

Roulement de roue   Mais qu’est-ce qu’un roulement de roue me direz-vous ? Je ne vous ...

Le stress scolaire: point de vue d’une ado

Le stress scolaire chez les jeunes   Bonjour à vous collègues étudiants. Vous êtes-vous déjà ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines