Éviter les anglicismes

J’entends souvent dire que les Français utilisent plus d’anglicismes que les Québécois. Sans vouloir me faire l’avocat du diable, l’emploi des anglicismes se fait de façon très différente dans chacune des deux cultures. En effet, les anglicismes ne se cantonnent pas au simple fait d’utiliser un mot anglais comme tire. En fait, il en existe six sortes :

1. L’anglicisme lexical est probablement le plus courant et le plus facile à repérer. Il se définit par l’usage du mot anglais tel quel dans la langue française comme les mots e-mail, cancel ou parking. Les Français emploient majoritairement ce genre d’anglicismes. Au Québec, nous le réservons à des sujets particuliers dont le domaine de l’automobile ou le monde du sport.

2. L’anglicisme phonétique s’adresse probablement aux peuples qui vivent relativement proche de pays qui parlent anglais. Il s’agit simplement de la prononciation du mot français comme s’il se disait en anglais. Le meilleur exemple est la prononciation du « p » de « cantaloup » qui provient directement de l’anglais, mais qui est fautif en français.

3. L’anglicisme syntaxique est le plus pervers de tous. Il se définit par une construction proprement anglaise, soit une traduction littérale de l’anglais au français. Par exemple, le mauvais emploi de la préposition dans la phrase * Je marche sur la rue, traduite de I am walking on the street. Il faut plutôt écrire (ou dire) : Je marche dans la rue. Les Québécois utilisent en grande majorité ce genre d’anglicismes difficiles à repérer quand on n’en a pas conscience.

4. L’anglicisme sémantique est la deuxième sorte d’anglicismes la plus utilisée par les Québécois. Il s’agit d’associer le sens d’un mot anglais à un mot français alors que cela ne veut pas dire la même chose. Par exemple, *la lumière rouge au coin de la rue quand on s’arrête en voiture (expression tirée de the redlight) se traduit obligatoirement en français par le feu rouge. Les expressions traduites littéralement se retrouvent habituellement dans cette catégorie.

5. L’anglicisme graphique se corrige très facilement. Il suffit d’un petit détour par le dictionnaire. Ce sont des mots comme adresse qui en anglais donne address. Le double « d » peut provoquer chez certains des doutes au moment de l’écriture.

6. L’anglicisme morphologique se produit quand il y a un usage erroné du nombre, soit l’utilisation d’un mot au pluriel alors qu’il devrait être au singulier et vice versa. Je prends l’exemple de *pantalons qui est pluriel en anglais, non en français quand la personne doit enfiler le vêtement. On met un pantalon et non *des pantalons. À l’inverse, frais est toujours pluriel tout comme le mot funérailles.

Si vous avez tendance à employer des anglicismes, plusieurs ouvrages spécialisés peuvent vous aider, notamment Le dictionnaire des anglicismes ou le Dictionnaire des expressions et tournures calquées sur l’anglais. Certains ouvrages plus généraux peuvent aussi en glisser un mot: Le bon usage, Le français au bureau, Le Ramt de la typographie et Le Petit Robert (ou n’importe quel bon dictionnaire français). Plusieurs d’entre eux sont disponibles en ligne.

J'entends souvent dire que les Français utilisent plus d'anglicismes que les Québécois. Sans vouloir me faire l'avocat du diable, l'emploi des anglicismes se fait de façon très différente dans chacune des deux cultures. En effet, les anglicismes ne se cantonnent pas au simple fait d'utiliser un mot anglais comme tire. En fait, il en existe six sortes : 1. L'anglicisme lexical est probablement le plus courant et le plus facile à repérer. Il se définit par l'usage du mot anglais tel quel dans la langue française comme les mots e-mail, cancel ou parking. Les Français emploient majoritairement ce genre d'anglicismes.…

Passage en revue

Note de l'utilisateur 4.74 ( 5 votes)

Un commentaire

  1. Andes@yahoo.ca'

    Cool! Je me retrouve dans cet article. 🙂

Laisser une réponse

x

Check Also

Immobilier : trucs pour avoir un discours qui influence

      À l’époque de la Grèce antique, tout homme influent devait maîtriser l’art ...

Écoutez votre voiture, elle vous parle!

Roulement de roue   Mais qu’est-ce qu’un roulement de roue me direz-vous ? Je ne vous ...

Motiver son jeune pour l’école

Avec ses beaux jours et sa belle température, mai est le temps de l’année où ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines