Évelyne Fay de la marque White Label

Féminité signée White Label !

 

J’ai eu l’occasion de rencontrer la créatrice Évelyne Fay de la marque White Label lors de ma participation à l’événement Villeray de la tête aux pieds en octobre dernier. Dans sa vitrine, on peut y percevoir rapidement ce qui la distingue… des bas mi-cuisses se trouvent en première loge, des sous-vêtements raffinés les appuient et l’on y aperçoit au centre, une robe sobre laissant place à la transparence et la distinction. C’est l’occasion d’explorer son côté féminin !

Aperçu de la collection printemps-été 2014 White Label

Aperçu de la collection printemps-été 2014 White Label

Évelyne m’invita à assister à son défilé privé dont vous avez certainement vu les prouesses et nombreux articles sur les médias sociaux. À ce moment, j’ai été transporté par la fluidité, la richesse et les détails de ses créations… il n’y avait plus de doute, je voulais connaître davantage l’auteur de ce roman où toutes les pages nous enivraient de plaisir. C’était rafraîchissant pour les yeux !

C’est avec simplicité et authenticité que Évelyne m’ouvra la porte de son atelier afin que je puisse vous livrer ces lignes. Nous avons eu un plaisir fou à partager nos histoires… Je la surnomme « la femme qui danse avec ses mains », car en plus d’avoir dansé toute sa vie (balai jazz, danses latines et tango), elle transmet sa passion à chacune de ces créations. Vous n’avez qu’à vous attarder aux détails et aux tissus choisis et ça vous donne le goût de danser !

 IMAG2526

Évelyne vient d’un petit village du nom de St-Alexis des Monts en Mauricie. Dès l’âge de 5 ans, elle aimait aider sa mère, couturière à l’époque, à tourner les poignets des vêtements qu’elle confectionnait au sous-sol de la maison.

Pour Évelyne, l’odeur des tissus est aussi réconfortante que celle du café ou d’une pâtisserie fraîche pour certains. Lorsqu’elle était jeune, elle adorait feuilleter le catalogue Sears pour rêver de devenir une femme. Pourquoi me direz-vous ? Et bien, il y avait beaucoup plus de choix de vêtements pour la gent féminine que pour les enfants. 🙂

Tôt dans sa vie, Évelyne s’amusait à confectionner ses costumes et accessoires pour le balai jazz. À l’adolescence, elle adorait changer de look et était plutôt excentrique. On pouvait la voir porter les vêtements vintage de sa grand-mère un jour et le lendemain, adopter un style plutôt punk avec ses Doc Martens et ses jeans déchirés. Elle s’est toujours exprimée par le vêtement et le fait toujours aujourd’hui.

Quand fut le temps de choisir un champ d’études, Evelyn se dirigea vers un cours en tourisme. Elle souhaitait découvrir le monde ! Ce qu’elle a fait, en partie ! Elle alla travailler plusieurs mois au Mexique et y apprit l’espagnol. Lors de son retour du sud, elle n’arrivait pas à dénicher un emploi dans cette profession et travailla un an dans un bar. Elle se demanda ensuite ce qu’elle ferait de sa vie. À 24 ans, elle décida de suivre l’odeur de son enfance et de poursuivre des études en design de mode au Collège LaSalle.

Dès lors, elle plongea dans un monde qui lui ressemble, pouvant ainsi créer des collections à son image. Le noir, toujours omniprésent, est à la base de son inspiration. S’ajoutent à celui-ci ses nombreuses années de danse, son désir de féminité par le jeu de transparence et son exaltation pour la lingerie. Elle emploie des fibres naturelles biologiques pour le confort et le bonheur de ses clientes. Épousant ainsi le corps et l’enveloppant de douceur, les fidèles ne peuvent s’en passer !

C’est en 2009 que la marque White Label voit le jour, après des années d’expérience dans l’industrie. Son nom « carte blanche » est franc et honnête, Évelyne ne veut aucune censure pour créer ce qu’elle souhaite.

Vous me connaissez, j’adore demander la vision de chaque créateur face au monde de la mode. Évelyne n’a pas hésité à me dire : « Je crois que l’industrie de la mode est en constant bouleversement. Depuis 10 ans, on a vécu l’abolition des quotas par le gouvernement pour ouvrir les marchés mondiaux, mais cela a causé plusieurs fermetures de manufactures et la perte d’employés ayant de l’expérience. Les entreprises survivantes ont dû adapter leur offre aux petits designers qui se sont multipliés. Maintenant, on peut donc se procurer de plus petites quantités de tissus, ce que l’on ne pouvait faire auparavant. On vit présentement un retour du balancier grâce aux médias sociaux, permettant ainsi aux consommateurs de faire des choix conscients. Ceux-ci ont le pouvoir de choisir rentre un produit fabriqué ici qui nécessite moins d’intermédiaires et celui fait dans des usines de Chine ou Bangladesh. Je suis contente de voir que le gouvernement prend des actions pour revaloriser le métier de couturière, car on en a bien besoin. D’ailleurs, je rêve au jour où de nouvelles manufactures de textiles reprendront vie ici. » Sa déclaration est plutôt inspirante, n’est-ce pas ?

Côté habillement, Évelyne privilégie le noir et adore mélanger les styles. Elle qualifie de « chic confortable déstructuré » son style vestimentaire, et ce, toujours avec une touche féminine. Je n’avais jamais entendu ce terme auparavant ! Évidemment, elle porte ses créations pratiquement tout le temps alors, vous ne pourrez vous tromper si vous la croisez dans la rue. 🙂 Par ailleurs, si elle avait l’occasion de porter la marque française Balmain, elle le ferait volontiers pour la structure, les détails, le look futuriste et les couleurs employés au sein des collections.

En terminant sur une note inspirante, Évelyne nous confie sa citation du jour : « Knoc Knoc.. Who’s there? Destiny! I was waiting for you… »

J’espère que vous avez aimé cet article au sujet de la créatrice de White Label et que d’ici à mon prochain écrit, vous n’hésiterez pas à utiliser votre flair !

 

Mlle Flair est habillée  en  White Label et porte un collier de René-Lévesque

Mlle Flair est habillée en White Label et porte un collier de René-Lévesque

  J’ai eu l’occasion de rencontrer la créatrice Évelyne Fay de la marque White Label lors de ma participation à l’événement Villeray de la tête aux pieds en octobre dernier. Dans sa vitrine, on peut y percevoir rapidement ce qui la distingue… des bas mi-cuisses se trouvent en première loge, des sous-vêtements raffinés les appuient et l’on y aperçoit au centre, une robe sobre laissant place à la transparence et la distinction. C’est l’occasion d’explorer son côté féminin ! Évelyne m’invita à assister à son défilé privé dont vous…

Passage en revue

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Laisser une réponse

x

Check Also

Le design d’une cuisine : la recette à suivre

Pour relooker sa cuisine en 5 étapes simples   La rénovation de la cuisine et de ...

maison style earthship

Que sont les earthships?

On décrit souvent les «Earthships» en les comparant aux maisons des Hobbits car ces maisons ...

Entrevue avec Cylvie St-Pierre de Créations Zonta

Ci-haut, on y voit Cylvie et son petit-fils Manuel, l’aidant lors du Salon des Créateurs d’ici. ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines