La lecture: une priorité!

Le Québec subit en ce moment une crise importante dans l’apprentissage de la lecture offert aux enfants des écoles primaires et secondaires. Selon la Fondation pour l’alphabétisation, 49% des gens entre 16 et 65 ans présentent de grandes difficultés en lecture. Beaucoup de parents s’inquiètent alors de cet écartement volontaire de la lecture. En effet, leurs enfants ont tendance à délaisser les bouquins pour jouer sur leurs tablettes, leurs ordinateurs, leur console de jeux, etc.

Si pour certaines personnes la lecture semble ennuyante, longue et peu utile, son efficacité est, au contraire, incontestable, mais elle se dévoile à long terme. Il est très improbable d’observer de changements radicaux après la lecture d’un seul livre. C’est un processus beaucoup plus long. Or, les bienfaits de la lecture ne sont plus à prouver : augmentation du vocabulaire, accroissement de la capacité d’interprétation (inférences), développement du jugement critique, apprentissage de diverses cultures et histoires, capacité à repérer rapidement des caractères, etc.

Je propose donc quatre éléments essentiels pour favoriser l’apprentissage de la lecture chez les enfants

  • Commencez par la facilité, mais… : N’hésitez pas à commencer l’apprentissage de la lecture par des livres faciles qui rejoignent avant tout les goûts de votre enfant. En effet, il faut de prime abord que ce dernier puisse lire les caractères de façon claire et précise. La présence d’un adulte et la lecture à voix haute sont fortement recommandées à cette étape afin de vérifier la base : la prononciation des sons. Cela peut sembler inutile, mais c’est primordial à l’enfant en plein apprentissage qui (et c’est normal) ne connait pas tous les mots qu’il lit. CEPENDANT, chaque livre doit apporter quelque chose de nouveau à votre enfant. Il doit y avoir une augmentation de la difficulté si minime soit-elle. Évidemment, l’enfant ne devrait pas en être rebuté. Il s’agit de lui offrir un mini-défi qu’il peut surmonter en lui laissant comprendre qu’il fait des progrès.
  • Impliquez-vous : Votre enfant appréciera particulièrement votre implication. Si votre enfant n’est pas prêt à lire seul, lisez avec lui. S’il peut lire seul, n’hésitez pas à lire le même livre que lui pour que vous puissiez en parler ensemble. En effet, bien avant que la lecture ne devienne un acte qui se pratique en solitaire, les gens se réunissaient pour lire ensemble. D’un côté, chez les aristocrates, les salons littéraires permettaient les échanges et l’écriture; et de l’autre, le peuple se laissait raconter par un conteur les histoires qu’il ne pouvait lire. La lecture est donc un moyen d’échanger sur divers sujets. Cela vous rapprochera de votre enfant et, de plus, vous lui montrerez le bon exemple.
  • Gérez le nombre de pages et non le temps : Il est essentiel que vous donniez un nombre de pages précis ou un chapitre à lire à votre enfant pour qu’il puisse voir du concret. Le temps peut se retourner contre vous. Comment constateriez-vous les progrès de votre enfant en lui donnant une limite de temps? Certains jours, il sera plus fatigué; d’autres, il sera en forme. Le temps ne tient pas compte de l’état d’esprit de votre enfant. Au contraire, le nombre de pages permet de valider que votre enfant ait fait les efforts nécessaires à son apprentissage.
  • Soyez imaginatifs : Si votre bibliothèque se situe loin de chez vous et que les livres neufs vous sont inabordables, n’hésitez pas à trouver des livres sur internet. Beaucoup sont gratuits sans que cela soit illégal. La majorité des « classiques » de la littérature (les contes et les romans) s’y trouve.

Ces quatre éléments vous permettront de rendre l’apprentissage plus interactif et efficace. Cela vous donne le moyen de jeter un coup d’œil aux progrès de votre enfant, tout en permettant à celui-ci de viser à acquérir une certaine autonomie.

Roxane Maiorana

Tutrice à domicile et réviseur

450-365-1958

Le Québec subit en ce moment une crise importante dans l’apprentissage de la lecture offert aux enfants des écoles primaires et secondaires. Selon la Fondation pour l’alphabétisation, 49% des gens entre 16 et 65 ans présentent de grandes difficultés en lecture. Beaucoup de parents s’inquiètent alors de cet écartement volontaire de la lecture. En effet, leurs enfants ont tendance à délaisser les bouquins pour jouer sur leurs tablettes, leurs ordinateurs, leur console de jeux, etc. Si pour certaines personnes la lecture semble ennuyante, longue et peu utile, son efficacité est, au contraire, incontestable, mais elle se dévoile à long terme.…

Passage en revue

Note de l'utilisateur 4.8 ( 2 votes)

Laisser une réponse

x

Check Also

Immobilier : trucs pour avoir un discours qui influence

      À l’époque de la Grèce antique, tout homme influent devait maîtriser l’art ...

Écoutez votre voiture, elle vous parle!

Roulement de roue   Mais qu’est-ce qu’un roulement de roue me direz-vous ? Je ne vous ...

Motiver son jeune pour l’école

Avec ses beaux jours et sa belle température, mai est le temps de l’année où ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines