Redonner au massage, ses lettres de noblesse!

 

Il n’est pas rare de nos jours d’attribuer aux salons de massages le terme de maisons de débauche. Cependant, saviez-vous que le massage est l’une des plus vieilles formes de thérapie populaire? Son origine peut être retracée jusque dans l’antiquité, près de 3000 ans avant J-C.

À cette époque, la massothérapie était utilisée dans le but d’assouplir les tissus, d’accélérer une convalescence ou de soulager les douleurs pour traiter diverses blessures, fractures ou plaies. D’ailleurs, les trois méthodes thérapeutiques chinoises les plus anciennes sont l’acuponcture, le maxa et le massage.

« Le massothérapeute reçoit une formation de plus de 400 heures de cours. Il utilise des techniques de massage précises visant les tissus mous (peau-tendon, muscles et ligaments) dans un but de prévention, de détente ou de soulagement des douleurs spécifiques ou chroniques. Il travaille fréquemment en complémentarité avec les autres professionnels de la santé ». Nous explique Julie Martinet, massothérapeute. Elle poursuit en nous mettant en garde : « Faites pas la gaffe d’appeler votre massothérapeute « ma masseuse ou mon masseur ». Vous allez l’insulter! Justement à cause de la connotation douteuse des salons de massage dont on entend parler souvent dans les journaux. »

Pour nous aider à mieux choisir son massothérapeute, Mme Martinet nous recommande de vérifier son adhérence soit à la Fédération québécoise des massothérapeutes du Québec (F.Q.M.) ou de l’association professionnelle Mon Réseau plus. Elle précise également que « le massothérapeute doit être en mesure de répondre à vos questions, de vous donner un formulaire de réclamation pour votre assurance et de pouvoir vous permettre de choisir ce que vous voulez recevoir comme traitement. Informez-vous également sur les types de massage qu’il pratique afin de vous assurer que cela répond à votre besoin. »

 es séances de massothérapie se déroulent dans un endroit d’une propreté irréprochable et dans une ambiance calme et propice à la détente et l’apaisement.

Mme Martinet nous explique que lors de votre premier rendez-vous, le massothérapeute vous fera remplir un questionnaire santé afin qu’il puisse dresser un bilan de votre état physique et déterminer si ses compétences sont suffisamment adaptées à vos besoins. « Le massothérapeute prend connaissance de vos antécédents médicaux et de vos possibles douleurs ou symptômes. »

Selon la technique utilisée, le massage se déroulera sur une table, un futon ou une chaise. Dans le cas d’un massage sur table utilisant de l’huile, le massothérapeute peut vous demander de vous dévêtir.« Les clients doivent toujours garder leurs sous-vêtements et leur corps est recouvert d’un drap, à l’exception de la zone massée », s’empresse de préciser Mme Martinet ! Pour le changement de position, une petite tente est créée par le massothérapeute afin de protéger l’intimité de son client.

En moyenne, la durée d’un massage est de soixante minutes, mais elle peut varier de quinze minutes à quatre-vingt-dix minutes selon la technique. Mme Martinet vous recommande d’indiquer au massothérapeute la moindre douleur ou gêne que vous pourriez ressentir durant le massage. Cela lui permettra d’adapter sa technique à vos besoins ou vos goûts.

 « Les bienfaits du massage sont en général ressentis immédiatement, créant détente et regain d’énergie. »Généralement, la séance de massage se termine par un bref retour sur le massage. Le massothérapeute prend alors note des changements possibles à apporter à sa technique lors de votre prochaine séance de massage.

 Mme Martinet pratique dans l’ouest de la ville de Montréal. Il est possible de prendre rendez-vous, en téléphonant au 514-891-2037. Vous pouvez également consulter le répertoire des membres de la Fédération ou de l’association Mon Réseau Plus sur leur site web respectif.

Saviez-vous qu’il existe plusieurs techniques de base au massage. Parmi les plus connus, nous retrouvons : le massage suédois, le shiatsu, la kinésithérapie, le drainage lymphatique et le massage thaïlandais.

À toutes ces techniques de base, s’ajoute une multitude de thérapies complémentaires : le massage aux pierres chaudes, le massage lomi-atsu, le massage pour bébés, le trigger points, le massage sportif, la réflexologie, le reiki, etc.

Le massage suédois : cette technique classique est la plus populaire. Elle comporte plusieurs manœuvres (effleurage, pétrissage, friction, percussion et vibration). Le massage suédois vise à dissoudre les tensions et à raffermir les muscles ainsi que les articulations.

Le Shiatsu : Littéralement, Shiatsu signifie « pression des doigts ». C’est une technique de thérapie manuelle d’origine japonaise, inspirée du massage chinois. Le Shiatsu se pratique par-dessus les vêtements ou directement sur la peau par des pressions faites par les pouces, les doigts, les coudes ou même les pieds. Il s’attarde sur les méridiens et les points d’énergie (acupuncture) situés sous la peau ou dans les muscles.

La kinésithérapie : L’être humain étant conçu pour bouger, la kinésithérapie vise le retour vers le mouvement. Particulièrement dans les cas de surutilisation musculaire et articulaire par des mouvements répétitifs, par exemple. Les outils qu’elle utilise sont simples et efficaces: le massage et les mobilisations passives, actives ou contrariées. La manipulation ne fait pas partie du répertoire du kinésithérapeute, cet acte étant réservé aux chiropraticiens et à certains spécialistes du monde médical.

Le drainage lymphatique : Ce type de massage aide à stimuler la lymphe. La lymphe est un liquide biologique comparable au sang, contenant des globules blancs, mais dépourvus de globules rouges. L’être humain possède en moyenne un à deux litres de lymphe (contre cinq à six litres de sang). Le massage lymphatique est pratiqué par un masseur-kinésithérapeute, il s’exécute en 2 phases : la première vise à « pomper » les zones vascularisées où sont situés les réseaux lymphatiques et la deuxième phase vise à chasser la lymphe par des manœuvres de pressions.  Ce type de massage est utile pour les personnes fatiguées qui ont besoin de stimuler leur système immunitaire, pour les personnes ayant les « jambes lourdes » ou pour les personnes présentant des oedèmes lymphatiques.

Le massage thaï : S’effectuant sur un matelas à même le sol, le massothérapeute allie les positions du yoga ainsi que les bienfaits thérapeutiques du massage (pressions, étirements, points d’acupression et mobilisations articulaires). Ce type de soin vise principalement à procurer au client un regain d’énergie ainsi qu’une sensation de légèreté et d’espace dans son corps. Les clients sont vêtus de vêtements amples et confortables lors des séances de massage thaïlandais.

 

  Il n’est pas rare de nos jours d’attribuer aux salons de massages le terme de maisons de débauche. Cependant, saviez-vous que le massage est l’une des plus vieilles formes de thérapie populaire? Son origine peut être retracée jusque dans l’antiquité, près de 3000 ans avant J-C. À cette époque, la massothérapie était utilisée dans le but d’assouplir les tissus, d’accélérer une convalescence ou de soulager les douleurs pour traiter diverses blessures, fractures ou plaies. D’ailleurs, les trois méthodes thérapeutiques chinoises les plus anciennes sont l’acuponcture, le maxa et le massage. « Le massothérapeute reçoit une formation de plus de 400…

Passage en revue

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Laisser une réponse

x

Check Also

La médecine alternative provenant du coeur

« C’est au Café « Les Allumé(e)s » à Ste-Thérèse que nous nous sommes donné rendez-vous.  Un endroit ...

Le stress scolaire: point de vue d’une ado

Le stress scolaire chez les jeunes   Bonjour à vous collègues étudiants. Vous êtes-vous déjà ...

Blessures au dos: vaut mieux prévenir que guérir

  Le printemps est à nos portes et l’envie de faire du ménage commence à ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines