Fatigue au volant

Sommeil & conduite, ce n’est pas une bonne association

 

Saviez-vous que la majorité des adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit pour bien récupérer. Les changements de saison, le changement d’heure et de température peuvent nous affecter à différents niveaux. De plus, pour les gens matinaux, comme moi, et qui reviennent tard le soir tard à la noirceur, ça peut être déprimant.

La fatigue au volant n’est donc pas à prendre à la légère, bien au contraire. En effet, une étude de la SAAQ démontre que la fatigue serait en cause dans 22,7 % des accidents mortels et 20,5 % de l’ensemble des accidents avec blessures corporelles sur les routes du Québec. Même si vous baissez la vitre de la voiture, buvez du café ou augmentez le son de la radio, ces gestes ne remplaceront jamais une bonne nuit de sommeil.

Les principaux facteurs de risque de la fatigue au volant

 

Une dette de sommeil : si l’on ne dort pas assez, on accumule une dette de sommeil, la seule façon de combattre est de dormir. Un chercheur de l’Université de Chicago vous propose un petit test simple à faire à la maison pour savoir si vous manquez de sommeil !

Un trouble de sommeil (apnée, insomnie, etc.) : le manque de sommeil peut être relié à un trouble de santé. Il est important de consulter votre médecin si vous croyez souffrir d’un trouble de sommeil.

Le moment de la journée : si vous avez l’habitude d’être au lit à 22 h tous les jours, votre cerveau est déjà pré conditionné au sommeil à cette heure de la journée. Si vous vous retrouvez sur la route à cette heure, vos chances de souffrir de fatigue au volant se trouvent donc augmentées.

Le nombre d’heures d’éveil consécutif : Après un certain nombre d’heures d’éveil, la fatigue se fait sentir. Des études en laboratoire ont comparé les effets d’une longue période d’éveil à ceux de l’alcool

17 heures d’éveil équivalent à un taux d’alcool de 0,05.

24 heures d’éveil équivalent à un taux d’alcool de 0,10

La consommation d’alcool, drogue ou médicament : c’est connu, la consommation d’alcool ou de drogues diminue significativement réflexes des conducteurs. Par exemple, à 50 km/h, la distance parcourue entre la perception du danger l’immobilisation complète du véhicule sera de 14 mètres pour un conducteur n’ayant pas bu alors qu’elle passera à 22 mètres pour un conducteur ayant un taux d’alcoolémie de 0,05.

Quelques symptômes de la fatigue au volant

 

  • Bâiller fréquemment
  • Changer de voie involontairement
  • Freiner tardivement
  • Cesser de regarder les rétroviseurs
  • Difficulté à se trouver une position confortable
  • Perte de mémoire

Si vous avez au moins l’un de ces symptômes, il est temps de penser à vous arrêter et faire un petit dodo comme on dit, parce vous êtes un danger public. Pas juste pour les autres, mais pour votre propre sécurité. De grâce, n’utilisez pas l’accotement sur le bord de la route ! Ce n’est pas un endroit sécuritaire pour se reposer. C’est réservé pour les urgences seulement.

 

Truc pour garder les yeux ouverts au volant

Voici quelques petits trucs qui vous permettront de gardez les yeux bien ouverts sur la route.

  • Effectuez des pauses toutes les deux heures dans un endroit sécuritaire comme une halte routière par exemple.
  • Faites une courte sieste de 15 à 30 minutes pour vous sentir reposé pendant quelques heures. Notez bien que ces pauses ne remplacent pas une bonne nuit de sommeil.
  • Faites de l’exercice ou des étirements, sautez sur place
  • Buvez fréquemment de l’eau cela vous obligera à faire un arrêt.
  • Prenez des repas équilibrés
  • Demandez à un passager de prendre le volant
  • Évitez de conduire durant les heures où vous êtes normalement au lit, car votre cerveau réserve ces heures au sommeil.
  • Garder une température fraîche et ventilée dans l’habitacle

 

 

Camionneur et sommeil

 

Dans le monde du camionnage, les heures de conduite, de travail et de repos sont contrôlées. Si elles ne sont pas respectées, il peut y avoir des amendes très salées allant de 350,00 $ à 1050,00 $ (selon l’article 519,4 du code de la sécurité routière).

Peu de gens le savent, mais les camionneurs ont l’obligation prendre un repos de 8 h consécutif avant de pouvoir recommencer une nouvelle journée de travail (au Canada c’est 8 h de repos et aux É.-U. c’est 10 h). De plus, les camionneurs peuvent être contrôlés à tout moment de la journée ou de la nuit. C’est l’une des raisons pour lesquelles vous les verrez stationnés dans des endroits précis pour la nuit.

Que vous soyez camionneur ou pas, avant de prendre la route pour un voyage ou bien pour le travail, questionnez-vous : « ai-je assez dormi, suis-je sécuritaire ».

Référence SAAQ, feuillet « fatigue au volant »

À propos Éric Duquette

Ayant travaillé pendant plus de 25 ans dans le domaine automobile. M. Duquette a occupé plusieurs postes dans le domaine allant de l’esthétique automobile à directeur adjoint au service.

Laisser une réponse

x

Check Also

Immobilier : trucs pour avoir un discours qui influence

      À l’époque de la Grèce antique, tout homme influent devait maîtriser l’art ...

Motiver son jeune pour l’école

Avec ses beaux jours et sa belle température, mai est le temps de l’année où ...

Jamais trop tard pour investir en immobilier?

      Vous avez 70 ans et vous vous demandez s’il est encore temps ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines