Vivre outremer – Réaliser un rêve

 ««Est-ce que tu es Thérèse Thémélis qui a enseigné la natation à Jubail de 1992 à 1994? » Me demanda une femme saoudienne sur mon Facebook.  Ma réponse fut affirmative, sans attente de la revoir.  Mais elle me surprit avec une nouvelle : « J’étudie en médecine à l’université McGill à Montréal depuis deux ans.  Où habites-tu? On peut se voir? »  Quelle surprise! Jana! Et voilà que quelques jours avant son retour définitif dans son pays, nous nous croisions une deuxième fois dans notre vie!  Mes chances d’aller la visiter en Arabie Saoudite étaient improbables puisque la politique touristique du pays ne se prêtait plus à ma situation présente (http://voyage.gc.ca/destinations/arabie-saoudite). Vivre outremer m’a permis de rencontrer des gens extraordinaires et j’aimerais partager avec vous mon expérience. »  Par Thérèse Thémélis, Consultante en gestion des ressources humaines et voyageuse dans l’âme.

Je déposais ma main sur le hublot en envoyant un « au revoir mon Québec, on se revoit dans quelques mois… » alors que l’avion entamait son envol vers l’Arabie Saoudite. Un voyage de 17 heures direct vers l’aéroport de Khobar, ville sur le bord du Golfe Persique.  Nous sommes en juin 1992, j’ai 20 ans et allais rejoindre mon père qui travaillait pour une compagnie de désalinisation de l’eau de mer.

J’étais nerveuse, mais j’avais pris le temps de m’informer sur la culture et la politique du pays : Monarchie, suprématie masculine, richesse basée sur le pétrole, devise – les riyals.  Puisque je n’étais ni fiancée ni mariée, en tant que femme, j’étais sous la responsabilité de mon père, donc je pouvais rendre visite à mes parents.  J’entends mes consœurs grincer des dents, mais n’oubliez pas que pour moi, ce fût une opportunité de visiter un endroit très restreint de l’extérieur, excepté si vous travaillez comme expatrié.

L’Arabie Saoudite est un pays fascinant.  Les différentes communautés étaient très faciles d’accès ainsi je fus propulsée vers des expériences enrichissantes : enseigner la natation et être surveillante-sauveteur de piscine pour les femmes et jeunes enfants saoudiens et expatriés, faire de la plongée sous-marine dans le golfe persique à partir des îles aux sables blancs, expédition dans le désert, voyage à Jeddah, beaucoup de partys avec les expatriés.  Soleil à l’année!  Que demander de plus pour mes 20 ans? C’est ainsi que je fis la connaissance de mon amie Jana, qui lors de notre dernière rencontre, avant mon départ définitif en 1994, m’annonçait être admise en Médecine à une université saoudienne prestigieuse.  Et 23 ans plus tard, Dre Jana Alshalaty est une femme réputée dans son pays comme spécialiste en fécondité in vitro!  Elle est connue et respectée par ses pairs et voyage dans le monde pour sa profession.

Je pourrais élaborer des sujets plus pointus sur ce pays, mais restons en là.  Le but de cet article est de vous donner le goût de l’aventure pour vivre outremer.  Jusqu’à maintenant, j’ai reçu des demandes de la part des jeunes du secondaire, des cégépiens et des universitaires à savoir comment partir travailler outremer et vivre des expériences positives.  Voici quelques informations essentielles à retenir.

« Le destin n’est pas une chaîne, mais un envol. »

– Alessandro Barrico, écrivain et musicologue

Sortir de sa zone de confort peut être très difficile, ce qui est tout à l’avantage des personnes prêtes à tenter une aventure hors du commun.  Lorsque nous décidons d’aller vivre outremer, il faut apprendre à s’ouvrir à nos différences.  Cela ne veut pas dire que vous ne vivrez pas de discrimination, soyons honnêtes.  Le nombre de fois que je me suis fait jeter hors des boutiques en Corée du Sud parce que j’étais une blanche, ou prévenu à Hong Kong que si je ne servais pas le café je serais congédiée (tâche de la femme), a été fréquent.  On est frustrée sur le coup, puis on accepte, car cela fait partie de la culture.  Il est difficile de changer des mentalités d’une population en un jour, et il faut faire avec.

« Oui, mais au Québec, c’est différent! » Me diriez-vous.  Tout à fait, au Québec c’est différent.  Mais il y a des cultures qui existent depuis des millénaires et nous depuis quelques siècles.  Une culture dictatoriale n’est pas un environnement où on s’amuse à jouer les porteurs de la démocratie.  Il faut être logique et éviter de se retrouver dans des situations délicates qui peuvent nous coûter la vie.  Ayons le gros bon sens.

Informez-vous sur la politique du pays, quels sont les qualifications qu’ils demandent pour les postes que vous convoitez, les comportements à adopter pour éviter des ennuis, les mots à apprendre dans la langue du pays pour vous débrouiller, et encore.  Pour l’emploi, vous appliquez à l’international comme si vous postuleriez pour une entreprise au Québec.  Certaines compagnies ici même ont aussi des besoins de mobilité à l’international.  Communiquer avec les agences internationales qui recherchent des personnes ouvertes et prêtes à déménager.  Une façon de trouver du travail outremer : Google – « overseas jobs » ou « expats » et tout ce qui concerne les emplois outremer dans le moteur de recherche.  La liste est interminable.

Une autre façon est de trouver un emploi dans les vignobles ou dans les plantations.  Il y a de jeunes voyageurs que j’ai rencontrés qui avaient travaillé comme fleuriste, serveur, hôtesse, ou à l’entretien de bateau.  Tous les métiers au Québec existent dans le monde.  Il n’y a pas de limite.  Par contre, vous devriez parfois débourser votre billet d’avion et vous rendre sur place pour vous trouver de l’emploi.  C’est la méthode que j’ai utilisée pour Hong Kong.

Vous voulez votre billet d’avion payé, être logé et avoir une stabilité financière?  Enseigner l’anglais comme langue seconde!  Le site internet de « Dave’s ESL café » est le plus réputé mondialement.  La majorité des pays y sont : Corée du Sud, Hong Kong, Japon, Russie, Guatemala, et encore!  C’est inouï la quantité d’offres que vous pouvez recevoir.  L’université de St-Petersburg à Moscou m’avait offert un poste, mais j’avais préféré Hong Kong à ce moment-là.  Toutefois, vous serez gagnant si vous obteniez un certificat TOESL ou TESL (Teaching English Second Language) reconnu internationalement, vous ouvrant des portes pour enseigner n’importe où sur la planète.

Il y a plusieurs façons d’aller vivre outremer même avec vos enfants.  À Hong Kong, j’ai rencontré une famille de l’Australie.  Le couple m’informait qu’ils étaient venus pour un contrat d’un an, et finalement, cela faisait 19 ans qu’ils vivaient sur l’île.  Il y a d’excellentes écoles et universités, beaucoup d’accessibilité aux pays voisins.  En se baignant dans une autre culture, on s’ouvre sur le monde et on comprend pourquoi les personnes sont si différentes en les acceptants tels qu’elles sont.

Jana a été un beau cadeau dans ma vie, nous avons partagé des moments agréables dans son pays.  Honnêtement, je n’ai aucun regret, malgré la résilience personnelle dont j’ai dû faire preuve afin de m’adapter à ces différences culturelles.  Ce n’était pas toujours évident pour une jeune Québécoise, mais cela en valait l’expérience!  Alors, aventuriers!  Prenez votre sac à dos! Faites un souhait! Tentez votre chance! Et restez alerte! Le monde vous appartient!

Bon voyage!

 

 ««Est-ce que tu es Thérèse Thémélis qui a enseigné la natation à Jubail de 1992 à 1994? » Me demanda une femme saoudienne sur mon Facebook.  Ma réponse fut affirmative, sans attente de la revoir.  Mais elle me surprit avec une nouvelle : « J’étudie en médecine à l’université McGill à Montréal depuis deux ans.  Où habites-tu? On peut se voir? »  Quelle surprise! Jana! Et voilà que quelques jours avant son retour définitif dans son pays, nous nous croisions une deuxième fois dans notre vie!  Mes chances d’aller la visiter en Arabie Saoudite étaient improbables puisque la politique touristique du pays ne se…

Passage en revue

Note de l'utilisateur 4.66 ( 6 votes)

À propos Thérèse Thémélis

Ayant près de 20 ans d'expérience en Ressources humaines, Mme Thémélis vient vous partager son expertise afin de comprendre le marché du travail. Aussi, elle vous révélera plusieurs facettes de ses expériences de vie qui ont influencé ses choix. Consultante en Ressources humaines, Survivante de cancer, mère adoptive et entrepreneure. Site web: www.tgtconseil.com

Laisser une réponse

x

Check Also

Immobilier : trucs pour avoir un discours qui influence

      À l’époque de la Grèce antique, tout homme influent devait maîtriser l’art ...

Écoutez votre voiture, elle vous parle!

Roulement de roue   Mais qu’est-ce qu’un roulement de roue me direz-vous ? Je ne vous ...

Motiver son jeune pour l’école

Avec ses beaux jours et sa belle température, mai est le temps de l’année où ...

Magazine Vie Familiale

Inscrivez-vous !

Pour ne rien manquer de nos nouveaux articles & nos dossiers spéciaux! *

 

Inscription infolette
Envoi

 

*La fréquence d’envoi de nos infolettres est aux 2-3 semaines